Fernandinho : « Pep veut juste un jeu simple et rapide »



Le milieu de terrain brésilien de Manchester City nous explique son quotidien avec Pep Guardiola et tout ce que l’entraîneur espagnol lui a apporté.

Quels étaient les milieux de terrain que vous admiriez plus jeune ?

Enfant, j’ai joué pour un club appelé PSTC (Parana Soccer Technical Center) dans la ville de Londrina. Et à cette époque, nous n’avions pas d’équipe professionnelle, juste une équipe de jeunes. L’objectif principal était donc de former des joueurs talentueux. Kleberson était l’un d’eux. Il a remporté la Coupe du Monde 2002 et a joué pour Manchester United. Il est devenu un exemple pour tous les jeunes du club. C’est le gars qui m’a inspiré et la principale raison pour laquelle j’ai décidé de devenir milieu de terrain axial. J’ai aussi eu la chance de jouer dans la même équipe que lui, à l’Atlético Paranaense.

Avez-vous toujours évolué comme milieu défensif ?

Pas toujours. J’ai occupé des positions plus offensives au début de ma carrière. J’ai notamment passé un peu de temps en tant que deuxième attaquant et même en tant qu’ailier. J’étais plus jeune et plus rapide. Au fil du temps, j’ai commencé à redescendre sur le terrain, surtout quand je suis parti en Ukraine pour jouer avec le Shakhtar Donetsk. Le coach m’a aligné comme deuxième milieu de terrain, comme on dit au Brésil, dans un rôle box-to-box. Quand j’ai rejoint Manchester City, j’ai joué encore plus bas, très près des défenseurs centraux. Tous ces changements de poste ont commencé longtemps avant que je ne devienne professionnel pour être honnête. La seule position que je ne connais pas, c’est gardien de but !

Faut-il un altruisme extrême pour briller à votre poste ?

Je le pense, oui. C’est génial de marquer un but ou de faire une passe décisive mais ma fonction principale dans l’équipe est de fournir un équilibre entre l’attaque et la défense. Quand j’ai commencé à jouer au football, mes entraîneurs m’ont toujours dit que les milieux de terrain étaient le cœur et les poumons de l’équipe. J’ai besoin d’aider les autres joueurs sur le terrain. C’est quelque chose que j’ai toujours fait naturellement.

Quelle est l’importance du positionnement dans votre rôle ?

C’est une part énorme. Ma fonction de base est de me rapprocher de nos adversaires et de réduire l’espace. Mais de nos jours, le football est beaucoup plus compact. C’est très différent par rapport à mes débuts au Brésil. Dans le jeu moderne, les milieux défensifs sont beaucoup plus près de leurs attaquants. On est tous dans un espace de vingt mètres.

« Beaucoup de gens pensent que Pep demande des choses extraordinaires aux joueurs. Mais ce n’est pas le cas. Il veut juste un jeu simple et rapide ».

Vos responsabilités avec Pep Guardiola sont-elles différentes qu’avec vos anciens entraîneurs ?

Avec lui, j’ai appris des choses exceptionnelles sur ma position. Comment faire vivre le ballon, l’importance de respecter l’espace avec mes coéquipiers… La plupart du temps, l’équipe adverse s’appuie sur trois joueurs offensifs. Cela signifie que je dois trouver le bon moment et le bon espace pour récupérer la balle et la donner rapidement. Évidemment, vous analysez l’adversaire avant le match mais les choses peuvent changer très rapidement une fois que vous êtes sur le terrain. Guardiola enseigne à ses joueurs la manière de s’adapter instantanément.

Est-ce compliqué de comprendre ses attentes ?

Non, pas du tout. Quand on voit comment ses équipes ont joué à Barcelone, au Bayern Munich et maintenant à City, beaucoup de gens pensent que Guardiola demande des choses extraordinaires à ses joueurs. Mais ce n’est pas le cas. Il veut juste un jeu simple et rapide. Notre jeu est basé sur deux touches de balle. Tout ce que vous devez comprendre, c’est qu’il ne veut pas que ses joueurs courent sur quinze ou vingt mètres. Il veut des mouvements de trois ou quatre mètres. Il faut ouvrir un espace, trouver une ligne de passe et accélérer le jeu. Au Brésil et dans d’autres pays européens, les joueurs finissent par toucher le ballon plusieurs fois avant de faire leur passe. Mais à City, nous essayons de le toucher le moins possible pour que le jeu soit le plus rapide possible.

Vous avez également évolué plusieurs fois en défense centrale avec Guardiola. Quelles sont ses consignes à ce poste ?

Être défenseur dans une équipe de Guardiola est l’une des choses les plus difficiles dans le football. Vous devez être en mesure de voir les ouvertures, avoir une excellente capacité de passe et agir rapidement. Il y a un espace énorme derrière vous qui permet à l’autre équipe de marquer si vous faites une erreur. Ça a été très cool cette saison de voir nos défenseurs participer offensivement, de créer des occasions et de lancer des attaques depuis notre surface de réparation. Mais il est très important que nous nous souvenions tous de nos tâches défensives. C’est difficile d’être un défenseur sous Guardiola donc ils méritent tous d’être félicités.

FERNANDINHO EN BREF

Plus mauvaise habitude : trop souvent sur le téléphone portable

Film favori : Gladiator

Héros d’enfance : Ayrton Senna

Invité idéal pour dîner : Denzel Washington

Sports favoris : F1, volleyball, basketball et football américain

Groupe préféré : Revelacao

Fond d’écran du téléphone : moi avec ma femme et mes enfants

Un super pouvoir : mettre un terme à la faim dans le monde

Programme TV préféré : les infos

Plat favori : les lasagnes

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here