Les 100 meilleurs joueurs de l’année 2018



Vous l’attendiez, elle est arrivée ! Comme chaque année, FourFourTwo a établi la liste des 100 meilleurs joueurs. On vous souhaite une bonne dégustation pour cette cuvée 2018.

100-61 • 60-21 • 20 • 19 • 18 • 17 • 16 • 15 • 14 • 13 • 12 • 11 • 10 • 9 • 8 • 7 • 6 • 5 • 4 • 3 • 2 • 1

100. HIRVING LOZANO (PSV)

Hirving Lozano

Considéré comme une future superstar dès son arrivée en Europe, Lozano a prouvé que l’intérêt des médias était justifié. Meilleur buteur du PSV lors de sa première saison, « Chucky » a joué un rôle central dans la victoire de son nouveau club en Eredivisie. Il a également débuté rapidement en Coupe du Monde en inscrivant un superbe but en contre-attaque qui a permis au Mexique de s’imposer face à l’Allemagne, championne du monde en titre.  La volonté de défendre son titre a justifié la décision de Lozano de rester pour l’instant au PSV mais la capacité de ce joueur pour créer et marquer ne laisse pas les grands clubs indifférents.

99. THORGAN HAZARD (MONCHENGLADBACH)

Thorgan Hazard

2018 a été la meilleure année de Hazard Jr et sa récompense a été son temps de jeu lors de la Coupe du Monde en Russie. Le jeune homme de 25 ans a montré des signes d’amélioration continus. Le Belge a fait un excellent début de saison, mettant en évidence toutes ses capacités. Son rendement en tant que buteur est meilleur que celui de la plupart des ailiers mais c’est son apport offensif et son agilité dans les espaces réduits qui le rendent si difficile à arrêter et si agréable à regarder. Thorgan est enfin sorti de l’ombre de son frère Eden.

98. MEMPHIS DEPAY (LYON)

Memphis Depay

L’année 2018 a commencé comme une énigme (coûteuse pour J.M.Aulas). L’ailier de l’Olympique Lyonnais, qui a coûté 16,5 millions d’euros, était tellement muet qu’il commençait les matchs importants sur le banc, même s’il a eu un rôle important dans la victoire contre le PSG en février. Aujourd’hui repositionné dans l’axe, le Néerlandais est beaucoup plus productif. Depay a inscrit plus de buts et de passes décisives en 2018 que Neymar ou Kylian Mbappé. Et son changement de poste a également rendu service à Ronald Koeman. Depay a en effet joué un rôle clé dans la qualification surprise des Pays-Bas pour la finale de la Ligue des Nations.

97. GABRIEL JESUS (MANCHESTER CITY)

Gabriel Jesus

La seconde moitié de l’année 2018 a été frustrante pour Jesus. Il n’a débuté que cinq des 17 premiers matchs de Premier League avec Manchester City, n’inscrivant que trois buts, et il a également perdu sa place d’avant-centre du Brésil après une décevante Coupe du Monde dans laquelle il n’a pas trouvé le chemin des filets. Pourtant, l’ancien joueur de Palmeiras a joué un rôle majeur dans la magnifique saison 2017-18 de City, en inscrivant 13 buts. A seulement 21 ans, il reste l’un des jeunes attaquants les plus doués de la planète.

96. ALESSIO ROMAGNOLI (MILAN)

Alessi Romagnoli

L’année a été compliquée quand on est Italien et en plus joueur de Milan. Mais ce défenseur central a réussi à se hisser au-dessus de l’échec et à faire ses preuves en tant que capitaine des Rossoneri. Une vilaine blessure a retardé son début de saison 2018-19 mais il ne fait aucun doute que cet élégant joueur de 23 ans sera un titulaire indiscutable avec les Azzurri dans les années à venir. La sélection italienne, qui n’a pas réussi à se qualifier pour la Coupe du Monde 2018, se tourne vers de jeunes joueurs prometteurs comme Romagnoli afin d’éviter qu’une telle déconvenue ne se reproduise. Si quelqu’un peut succéder à Chiellini et Bonucci, c’est bien lui.

95. Romelu Lukaku (Manchester United)

Romelu Lukaku

Lukaku aura 26 ans en mai. C’est un joueur qui combine mouvements intelligents, finition impitoyable et course puissante. Du moins quand il est en forme… Le Belge a marqué 16 buts en 34 apparitions de Premier League en 2017-18, ainsi que cinq en huit sorties en Ligue des Champions. Il a également impressionné par une grosse Coupe du Monde alors que la Belgique atteignait les demi-finales. Au final, il a terminé l’année avec 14 buts en 14 matchs pour son pays.

94. Ante Rebic (Eintracht Francfort)

Ante Rebic

Le Croate de 25 ans a atteint sa maturité footballistique en 2018. Fer de lance de l’attaque de l’Eintracht Francfort, Rebic s’est offert une Coupe d’Allemagne en battant le Bayern Munich en finale. Si un but fantastique contre l’Argentine et des performances exceptionnelles lors de la Coupe du Monde 2018 ont prouvé aux grands clubs d’Europe qu’il était un talent évident, ses cinq buts en huit matchs de Bundesliga cette saison ont fini de convaincre. Manchester United reste intéressé par Rebic malgré la décision de Francfort de le prolonger jusqu’en août 2022.

93. Sergej Milinkovic-Savic (Lazio)

Sergej Milinkovic-Savic

En 2017-18, Milinkovic-Savic a réussi la saison que son talent exigeait de longue date. Le milieu de terrain serbe a inscrit 14 buts et délivré 7 passes décisives toutes compétitions confondues. La Lazio de Simone Inzaghi a fini cinquième de Serie A et on a parlé d’un transfert de 100 millions d’euros au Real Madrid, à Manchester United ou à la Juventus. Mais le Serbe est resté avec la Lazio, qui continue de bénéficier de sa combinaison de force, de physique et de finesse technique. Peu de joueurs possèdent toutes ces caractéristiques et on pourrait retrouver Milinkovic-Savic beaucoup mieux classé dans cette liste l’an prochain.

92. Timo Werner (RB Leipzig)

Timo Werner

Le battage médiatique autour de Werner a sans doute été refroidi après le crash de l’Allemagne lors de la Coupe du Monde (aucun but en trois matchs et une élimination précoce). Mais l’avant-centre de 22 ans mène toujours l’attaque du RB Leipzig et de sa sélection. Et à juste titre ! Werner avait déjà inscrit dix buts en Bundesliga à la mi-décembre pour entamer la nouvelle saison. À moins que Jogi Löw ne change radicalement d’idée, l’ancien as de Stuttgart restera l’attaquant numéro 1 de la Mannschaft.

91. Edin Dzeko (Roma)

Edin Dzeko

Le Bosniaque est dans la forme de sa vie avec Rome. La saison dernière, il a marqué huit buts en douze matchs européens pour permettre aux Giallorossi de se qualifier pour les demi-finales de la Champions League. On se souvient surtout de son doublé en phase de groupes à Chelsea et de sa frappe qui a permis à la Roma de faire un retour spectaculaire en quart de finale contre Barcelone au Stadio Olimpico. Le puissant attaquant ne connait pas la même réussite en Serie A cette saison, avec seulement deux buts, mais la Ligue des Champions reste son terrain de chasse. Il a marqué cinq fois dans son groupe.

90. Nabil Fekir (Lyon)

Nabil Fekir

Les fans de Liverpool, et sans doute Nabil Fekir lui-même, se souviendront de 2018 comme l’année au cours de laquelle son transfert à Liverpool a échoué. Mais le capitaine lyonnais a connu beaucoup d’autres motifs de satisfaction. Il a réalisé des performances éblouissantes pendant le premier semestre de l’année et même s’il ne faisait pas partie du onze titulaire de Didier Deschamps à la Coupe du Monde en Russie, il a participé à six des sept matchs de la France lors de son sacre historique. Fekir a un peu baissé de rythme à l’automne mais il a su être décisif dans les rencontres importantes de décembre en Ligue des Champions. Et vous avez toujours l’impression qu’il va encore améliorer ses performances quand son inévitable départ dans un club plus grand se produira enfin.

89. Florian Thauvin (Marseille)

Florian Thauvin

Les fans de Newcastle risquent de frotter les yeux pour y croire. Mais oui, Florian Thauvin débarque bien dans cette liste des FFT100 ! Et c’est pleinement mérité. Il a marqué 22 buts en Ligue 1 la saison dernière et a été le seul élément n’appartenant pas au PSG à concourir pour le titre de meilleur joueur du championnat. Cette saison, il a déjà franchi la barre des 10 buts et personne n’a oublié son rôle dans la campagne européenne qui a mené l’OM jusqu’en finale de l’Europa League. Vainqueur de la Coupe du Monde (même s’il n’a pas beaucoup joué), Thauvin a enfin ajouté de la concentration et de la régularité à ses dons naturels considérables. A 25 ans, il rêve désormais de monter plus haut.

88. Hugo Lloris (Tottenham)

Hugo Lloris

Les attaquants français ont épargné un sale moment à leur gardien lors de la finale de la Coupe du Monde. L’erreur majeure de Lloris, qui avait permis à l’attaquant croate Mario Mandzukic de réduire le score à 4-2, n’a finalement eu aucune incidence sur l’issue du match. Les Bleus ont remporté le trophée mais ce n’était pas la seule erreur en 2018 du gardien de Tottenham. Le capitaine des Spurs a été plutôt moyen ces derniers mois mais à de nombreuses occasions, Lloris a sauvé son équipe, y compris lors de la Coupe du Monde où il a été excellent. Sa performance étonnante lors de la victoire 1-0 des Spurs sur West Ham en octobre a rappelé qu’il restait un gardien de grande classe. Même s’il n’a pas encore effacé les boulettes de sa panoplie.

87. Giorgio Chiellini (Juventus)

Giorgio Chiellini

Le défenseur italien commence peut-être un peu à s’essouffler (il a eu 34 ans en août) et n’a plus les mêmes qualités qu’il y a quelques années. Mais il n’a pas perdu sa férocité et son intelligence qui ont caractérisé sa brillante carrière. Le mois dernier, après être revenu sur sa décision de prendre sa retraite internationale, le défenseur central a honoré sa centième sélection, quatorze ans après ses débuts. Il est le cinquième joueur de champ italien – avec Andrea Pirlo, Paolo Maldini, Daniele De Rossi et Fabio Cannavaro – à franchir cette barre. Leader intelligent et influent, le capitaine de la Juventus reste au cœur des espoirs de son équipe pour mettre enfin un terme à 22 années d’attente pour la gloire en Ligue des Champions.

86. Blaise Matuidi (Juventus)

Blaise Matuidi

Un titre de champion du monde a été une juste récompense pour Matuidi, un joueur dont l’abattage phénoménal et la discipline tactique ont été la clé des succès de son club et de son pays au cours des douze derniers mois. Lors de sa première saison avec la Juventus, le dynamisme du Français a été crucial pour les joueurs de Massimiliano Allegri, qui ont signé leur quatrième doublé coupe-championnat. Didier Deschamps a ensuite décidé de positionner ce joueur âgé de 31 ans dans le couloir gauche des Bleus pendant la campagne de Russie. Un changement tactique inspiré qui a permis d’équilibrer le milieu de terrain de la France et de contribuer ainsi à l’épanouissement de Kylian Mbappé et Antoine Griezmann.

85. Keylor Navas (Real Madrid)

Keylor Navas

Voilà peut-être le gardien de but le plus sous-estimé du football mondial. Mais Navas n’a tout simplement pas assez joué cette année pour être mieux classé dans cette liste FFT100. Même son propre club ne le valorise pas correctement, bien qu’il ait joué un rôle essentiel dans la série de succès du Real Madrid sous Zinédine Zidane. Le coach français a résisté à toutes les tentatives de Florentino Perez d’écarter le gardien du Costa Rica. Navas compte énormément sur son agilité et ses mouvements félins sur sa ligne de but. Des réflexes et des réactions rapides qu’il exprime le plus souvent… sur le banc de Madrid.

84. Thiago Alcantara (Bayern Munich)

Thiago Alcantara

Après sa bonne période sous Pep Guardiola, Thiago (27 ans) traverse un moment plus compliqué. Le milieu du Bayern ne correspondait plus vraiment au style du club bavarois et son année a également été gâchée par des blessures. Il a ainsi raté le début de 2018, a joué un rôle minimaliste avec l’Espagne lors de la Coupe du Monde, puis a subi en octobre une lésion aux ligaments de la cheville alors qu’il semblait devenir un acteur clé du nouveau coach du Bayern, Niko Kovac. Il est revenu avec force – une autre caractéristique de la carrière de Thiago – mais son talent exceptionnel mérite une longue période sans blessure pour consolider sa réputation au plus haut niveau.

83. Kepa Arrizabalaga (Chelsea)

Kepa Arrizabalaga

Une année vertigineuse pour le gardien de but âgé de 24 ans, qui a envisagé de rejoindre le Real Madrid avant de renouveler son contrat avec l’Athletic Bilbao fin janvier. Sept mois plus tard, Chelsea a cassé sa tirelire en payant l’intégralité de la clause de libération de 80 millions d’euros pour remplacer Thibaut Courtois à Stamford Bridge. Kepa est un gardien moderne, capable de très bien jouer avec ses pieds et candidat déclaré au poste de titulaire avec l’Espagne de David de Gea.

82. Benjamin Mendy (Manchester City)

Benjamin Mendy

Une blessure au genou l’a contraint à seulement trois apparitions en Premier League au cours du premier semestre 2018. Mais le Français a su revenir pour remporter la Coupe du Monde dans un rôle de doublure de Hernandez. Il a repris goût au football avec Manchester City mais une nouvelle blessure au genou l’a freiné à la mi-novembre. Ce joueur de 24 ans est un arrière gauche sur le papier mais il évolue tellement haut sur le terrain qu’il ressemble davantage à un ailier. Son rythme et sa puissance le rendent difficile à arrêter et il fait partie des meilleurs centreurs actuels (cinq passes décisives en neuf matchs de championnat cette saison). Attendez-vous à beaucoup plus quand il retrouvera la forme en février !

81. Arjen Robben (Bayern Munich)

Arjen Robben

À l’approche de son 35eme anniversaire en janvier, il est difficile d’imaginer le Bayern Munich sans Robben. Il dispute pourtant sa dixième et dernière saison avec le club bavarois. Et dire que beaucoup pensaient que la Bavière constituait une courte escale pour l’ailier néerlandais… Cette année n’a pas été sa meilleure – seulement sept buts en 34 matchs – mais en remportant sa septième Bundesliga, il a surpassé les dix titres en championnat de Johan Cruyff, autre légende du football batave. « C’est quelque chose de très spécial, a déclaré Robben. J’en suis vraiment fier. » Il reste un bourreau de travail sur le terrain et un véritable homme clé quand il est en forme. Toujours en repiquant sur son pied gauche, évidemment.

80. Dele Alli (Tottenham)

Dele Alli

Quatorze buts et 17 passes décisives toutes compétitions confondues en 2017-18, un rôle clé dans le parcours anglais en Coupe du Monde, des performances remarquables contre les poids lourds européens : Dele Alli a été impressionnant à seulement 22 ans. Après un été éprouvant et des soucis physiques, son retour en dents de scie n’a fait que souligner à quel point le meneur de jeu infatigable était devenu important pour une équipe des Spurs qui peine souvent au moment des matchs qui comptent. La frustration d’Alli était ainsi palpable après la sortie de la FA Cup de Tottenham en avril. Les Spurs seront-ils à la hauteur des ambitions du jeune joueur ? Son nouveau et juteux contrat suggère en tout cas qu’il est heureux pour le moment.

79. Leroy Sané (Manchester City)

Leroy Sane

Une année en deux temps pour Sané. L’ailier de Manchester City a été intenable en 2017-18, inscrivant 10 buts et délivrant 15 passes pendant que les hommes de Pep Guardiola accédaient au titre et devenaient la première équipe anglaise à franchir la barre des 100 points. Sané a été nommé Jeune Joueur de l’année PFA mais Joachim Löw a jugé bon de le laisser chez lui pendant la Coupe du Monde. Après une reprise un peu poussive cet été, le joueur de 22 ans est actuellement en pleine forme après avoir été impliqué dans 13 buts en Premier League.

78. Alexandre Lacazette (Arsenal)

Alexandre Lacazette

Lacazette a dû craindre pour sa place à Arsenal lorsque Pierre-Emerick Aubameyang est arrivé à l’Emirates Stadium en janvier dernier. Mais le Français a su tirer son épingle du jeu. Arsène Wenger puis Unai Emery ont décidé d’utiliser Aubameyang dans rôle permettant à Lacazette de conserver son poste de numéro 9. L’ancien Lyonnais a réagi de la meilleure des manières en marquant 17 buts toutes compétitions confondues au cours de l’année. Sa seule déception en 2018 a été de manquer la Coupe du Monde.

77. Milan Skriniar (Inter Milan)

Milan Skriniar

Sergio Ramos et Giorgio Chiellini ne seront pas éternels au sommet du football mondial. Et Skriniar a le potentiel pour prendre leur place en tant que l’un des meilleurs défenseurs centraux de la planète. Le joueur de 23 ans se construit une réputation d’héritier solide avec l’Inter, possédant toutes les qualités nécessaires pour arrêter les meilleurs attaquants. Harry Kane et Gonzalo Higuain ont déjà été neutralisés avec talent par l’international slovaque, presque impossible à passer au sol ou dans les airs. Skriniar a déjà commencé à susciter un vif intérêt de Manchester United et de Barcelone mais pour l’instant, il semble heureux de jouer à San Siro chaque semaine.

76. Thibaut Courtois (Real Madrid)

Thibaut Courtois

Le gardien belge s’est rapidement imposé au Real Madrid et alors que la nouvelle ère post Zidane prend du temps à se mettre en place, Courtois est l’un des rares à ne rencontrer aucun problème. L’ancien gardien de but de Chelsea s’est révélé précieux dans la cage, maîtrisant bien sa ligne et sécurisant une défense souvent en souffrance. Keylor Navas a souvent brillé avec le Real ces dernières saisons mais Courtois est un gardien beaucoup plus complet et sûr que le Costa-Ricain.

75. Gerard Piqué (Barcelone)

Gerard Pique

Désormais trentenaire et après l’annonce de sa retraite internationale suite à la Coupe du Monde, Pique se concentre exclusivement sur Barcelone. Joueur clé du vestiaire, sa présence constante sur le terrain a été déterminante dans le titre en Liga. Pique a en revanche souffert lors du Mondial en Russie et son dernier tournoi international majeur aura été une déception. Il reste un élément vital pour le Barça d’Ernesto Valverde.

74. Axel Witsel (Borussia Dortmund)

Axel Witsel

Witsel avait disparu du radar de nombreux fans du football européen. Il était pourtant considéré comme l’un des plus brillants jeunes milieux de terrain du continent. Mais il est tombé dans l’oubli après avoir rejoint le Zénith Saint-Pétersbourg en 2012 puis la Chine quatre ans plus tard. Son retour sur la grande scène avec le Borussia Dortmund a été étonnamment brillant. Le Belge a apporté son assurance et son sens du jeu à une jeune équipe auparavant brouillonne. À seulement 29 ans et avec quelques saisons plutôt tranquilles derrière lui, Witsel pourrait dominer son secteur de jeu dans les années à venir.

73. Toby Alderweireld (Tottenham)

Toby Alderweireld

En milieu d’année, Alderweireld semblait proche de la sortie avec seulement trois matchs de Premier League au compteur et son refus de signer un nouveau contrat avec Tottenham. Les contacts avec Manchester United ont été nombreux tout au long de l’été mais fin août, le défenseur était toujours dans le nord de Londres. Depuis, il a démontré aux fans des Spurs et à l’ensemble de la Premier League ses immenses qualités. Son rôle dans la troisième place de la Belgique à la Coupe du Monde a également compté. Le joueur de 29 ans est l’un des meilleurs défenseurs centraux en Europe et il ne manquera pas d’offres s’il quitte les Spurs en juin.

72. Riyad Mahrez (Manchester City)

Riyad Mahrez

Dire que Mahrez a été contrarié par l’échec de son transfert à Manchester City en janvier serait un euphémisme. Mais cela ne l’a pas empêché de finir honorablement la saison avant de voir son vœu exaucé cet été lorsque City a déboursé 60 millions de livres sterling pour ses services. Pour l’instant, il a dépassé toutes les attentes. Car si beaucoup s’attendaient à ce que Mahrez ne soit qu’un remplaçant pour Raheem Sterling et Leroy Sané, il a commencé 13 matchs et marqué six buts toutes compétitions confondues, ajoutant une touche de créativité à l’équipe de Pep Guardiola.

71. Saul Niguez (Atletico Madrid)

Saul Niguez

Sa capacité à occuper toutes les positions sur le terrain est admirable, ce qui en fait l’un des hommes les plus dignes de confiance de Diego Simeone à l’Atletico Madrid. Parfois, on a l’impression que Saul se sacrifie trop et qu’il est clairement à son meilleur niveau lorsqu’il occupe son rôle préféré au milieu du terrain. Techniquement très fort, avec une excellente condition physique et un caractère affirmé, Saul est devenu indispensable pour sa capacité à jouer un rôle important dans les grands matchs.

70. Iago Aspas (Celta Vigo)

Iago Aspas

Aspas est un joueur méconnu en France mais il est l’un des meilleurs attaquants de la Liga. Le Galicien pourrait facilement jouer dans le top 4 des meilleures équipes espagnoles mais il a choisi de rester au Celta, son club formateur. Vainqueur de deux trophées Zarra consécutifs pour le titre de meilleur buteur espagnol en Liga, le joueur de 31 ans est sur la bonne voie pour décrocher son troisième trophée consécutif. Aspas a déjà inscrit 10 buts en 16 journées de Liga alors que le Celta navigue en milieu de tableau. Il sait marquer de loin, de la tête, sur coup-franc ou dans la surface. En résumé, c’est un attaquant complet.

69. Gonzalo Higuain (AC Milan)

Gonzalo Higuain

Sans parler de son penalty raté et de son carton rouge contre son ancien club le mois dernier, l’attaquant argentin a apporté à Milan un élément essentiel qui manquait aux Rossoneri la saison dernière : un buteur fiable. C’est exactement ce que le trentenaire a prouvé dans son troisième grand club italien, avec pour le moment sept buts à son actif.

Higuain a marqué 55 fois en deux saisons à Turin, dont 23 fois l’an dernier dans une équipe qui a réussi le doublé coupe-championnat. Milan ne devrait pas refuser de l’option d’achat l’été prochain en raison de sa remarquable régularité.

68. Ciro Immobile (Lazio)

Ciro Immobile

Ce n’est pas pour rien que les supporters de la Lazio appellent Immobile ‘King Ciro’. La saison dernière a été la plus prolifique de la carrière de l’international italien, qui est devenu l’un des meilleurs buteurs d’Europe, terminant meilleur réalisateur de la Serie A (29) et de l’Europa League (8). Ses statistiques sont stupéfiantes : 41 buts en 47 titularisations la saison dernière, 10 buts en championnat cette saison et un total de 78 buts en 107 matchs pour la Lazio, après des passages mitigés au Borussia Dortmund, à Séville et à Turin. Immobile est plus qu’un simple buteur : il aide à construire les attaques de son équipe et fournit des passes fréquentes aux autres attaquants, notamment Luis Alberto et Sergej Milinkovic-Savic. Un véritable attaquant polyvalent, jamais statique.

67. Andrew Robertson (Liverpool)

Andy Robertson

« Andrew Robertson est né à Glasgow et cela explique tout », écrivait le journal italien la Gazzetta dello Sport après le match aller en demi-finale de la Ligue des champions la saison dernière. Robertson fut l’une des belles surprises en 2017-18, arrivant en fanfare à Anfield en provenance de Hull, avant de se positionner comme l’un des atouts majeurs au sein de l’équipe de Jurgen Klopp. Ses accélérations balle au pied ajoutent du dynamisme à l’attaque de Liverpool, avec un bilan de neuf passes décisives au cours de l’année civile. « Je suis encore fatigué rien qu’en regardant Robertson », a ironisé José Mourinho après la défaite 3-1 de Manchester United en décembre à Anfield.

66. João Cancelo (Juventus)

Joao Cancelo

Cristiano Ronaldo n’est pas le seul international portugais à avoir signé à la Juventus l’été dernier. Et cet international s’avère presque aussi important pour la Juve que l’ex-mégastar du Real Madrid. Joao Cancelo, prêté la saison dernière par Valence à l’Inter, a rapidement amélioré son jeu défensif, tout en conservant une touche offensive toujours présente. Le défenseur portugais décourage même les adversaires les plus coriaces grâce à une combinaison étonnante de vitesse et d’adresse. Ce joueur de 24 ans ne prend pas de risques inconsidérés. Il suit son adversaire au marquage avant de se joindre aux attaques de son équipe au bon moment, à l’image d’un Dani Alves de la grande époque. Il est devenu un défenseur complet très utile dans le système de jeu de la Juve.

65. Koke (Atlético Madrid)

Koke

Il est difficile de savoir ce qu’il faut écrire sur un homme qui incarne autant l’esprit des Colchoneros : la solidarité collective, l’engagement dans les duels et la rigueur tactique. « Pour moi, a dit un jour Koke à FFT, l’Atletico est le vrai club de Madrid. J’ai été un Colchonero toute ma vie. Mon idole était Juninho, l’ancien meneur de jeu de Middlesbrough. C’était le genre de joueur que je voulais être. » Koke ressemble à Juninho mais en mieux. Il aura 27 ans en janvier et dispute en moyenne 50 matchs par saison, inscrivant une dizaine de buts. Mais surtout, il garantit la possession du ballon et peut jouer n’importe où dans l’étroit milieu de terrain de Diego Simeone. C’est vrai qu’il a n’a pas été bon lors de la Coupe du Monde et qu’il est devenu le bouc émissaire des problèmes de l’Espagne. Mais il est revenu encore plus fort dans l’équipe de Luis Enrique. Le genre de joueur que toute entraîneur rêve d’avoir.

64. Isco (Real Madrid)

Isco

L’année a été difficile pour Isco, qui a eu du mal à faire ses preuves en tant qu’homme clé aux yeux des deux entraîneurs qui se sont succédé sur le banc du Real Madrid. Mais il a apporté quelques éléments positifs lors de la décevante Coupe du Monde de l’Espagne en Russie. Isco offre un lien entre le milieu de terrain et l’attaque. Ses mouvements et ses capacités techniques font de lui un adversaire difficile à contenir. Cependant, un joueur de son niveau devrait être présent plus souvent sur un terrain de football. La concurrence à Madrid est telle qu’Isco n’a débuté que cinq matchs de Liga cette saison. Et son avenir à Bernabeu est flou.

63. Angel Di Maria (PSG)

Angel Di Maria

Kylian Mbappé et Neymar font les gros titres du PSG – et c’est exactement ce que Di Maria aime. L’international argentin laisse parler son football et Thomas Tuchel se rend compte mieux que quiconque avant lui de la valeur de ce joueur de 30 ans. Dynamique, énergique, parfois frustrant mais souvent efficace, Di Maria a passé les 12 derniers mois à tourmenter les adversaires de Ligue 1 et à bien servir les redoutables attaquants du PSG. Il a également illuminé la Coupe du Monde avec un but somptueux de 30 mètres lors de la défaite 4-3 de l’Argentine en huitièmes de finale contre son pays d’adoption, dans l’une des rencontres les plus palpitantes de la compétition.

62. Ivan Perisic (Inter Milan)

Ivan Perisic

Une blague faisait le tour des réseaux sociaux récemment. On y voyait deux images : l’une d’un féroce T-Rex et l’autre d’un personnage timide de Toy Story. Avec le titre : « Perisic avec la Croatie et Perisic avec l’Inter ». Il s’agissait d’une comparaison amusante mais un peu exagérée… L’an dernier avec l’Inter, Perisic a alterné entre l’invincible et l’invisible. Ses 11 buts et 11 passes décisives ont permis aux Nerazzurri de revenir en Ligue des Champions pour la première fois en sept ans. Avec la Croatie, l’attaquant de 29 ans a joué un rôle crucial dans le parcours inattendu jusqu’en finale, en inscrivant trois buts – dont un contre la France – et réalisant des performances remarquables.

61. Niklas Süle (Bayern Munich)

Niklas Sule

Depuis quelque temps déjà, les amateurs de Bundesliga observent l’évolution impressionnante de Süle. Peu de gens auraient pu prédire qu’il allait devenir aussi rapidement un taulier au Bayern Munich et en équipe d’Allemagne. À 22 ans, il est incontestablement le meilleur défenseur central du Bayern et a fait preuve d’une certaine régularité, alors que des joueurs plus expérimentés autour de lui ont connu des difficultés. Süle n’a disputé que le dernier match de la phase de groupes de la Coupe du Monde mais avec le recul, l’entraîneur Joachim Löw aurait peut-être dû l’intégrer un peu plus rapidement dans son 11 de départ. 2019 devrait être une année beaucoup plus positive pour lui.

100-61 • 60-21 • 20 • 19 • 18 • 17 • 16 • 15 • 14 • 13 • 12 • 11 • 10 • 9 • 8 • 7 • 6 • 5 • 4 • 3 • 2 • 1

22 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here