FFT100 2018 : No.4, Luka Modric (Real Madrid)



Sa victoire au Ballon d’Or pourrait ressembler à un effort concerté pour mettre fin à dix années de règne partagé entre Messi et Ronaldo. Mais il faut reconnaître que le meneur de jeu croate a connu une nouvelle année exceptionnelle.

Nul doute que Luka Modric n’est pas le meilleur joueur du monde et ne le sera jamais. Chef d’orchestre d’un Real Madrid champion d’Europe et d’une Croatie finaliste de la Coupe du Monde, il est indéniable que ce génial milieu de terrain a atteint un niveau de jeu sans précédent en 2018.

A une époque où les performances individuelles sont scrutées et décortiquées à l’aide de statistiques, Modric représente une autre philosophie : la grâce, la discrétion et l’équilibre de l’équipe. Il n’est pas surprenant qu’il ait joué un rôle clé dans les magnifiques victoires du Real Madrid en Ligue des Champions sous la houlette de Zinédine Zidane. C’est exactement le type de joueur que Zizou affectionne : un joueur discret, extrêmement doué techniquement et tactiquement et qui adhère à l’éthique de l’effort collectif.

Modric a commencé à recevoir le respect qu’il méritait au cours de la dernière année. Après le transfert de James Rodriguez au Bayern Munich, il a hérité pour la première fois du n°10, prenant les rênes de l’équipe et devenant joueur du tournoi lors de la Coupe du Monde des clubs.

Luka Modric Croatia

En plus de porter le Real Madrid vers un troisième sacre en Ligue des Champions – une performance sans précédent dans l’ère moderne – la mobilité, les passes et la vision du jeu de Modric ont permis à la Croatie de franchir un palier et devenir finaliste de la Coupe du Monde. Dès le début du tournoi en Russie, Modric s’est senti à l’aise. Il a ouvert le score face au Nigeria et a doublé la mise contre l’Argentine, soulignant la supériorité de la Croatie.

En huitièmes de finale contre le Danemark, il a raté un penalty avant de retenté sa chance pendant les tirs au but. Ses performances ont connu des hauts et des bas, comme le niveau de la Croatie en général, mais il a tout de même été la locomotive de l’équipe jusqu’à la finale.

Luka Modric

Modric a du mérite quand on considère le contexte hors terrain. Des accusations ont pesé sur lui pendant la majeure partie de l’année en Croatie, en raison de son implication dans le procès pour évasion fiscale de Zdravko Mamic, l’ancien directeur exécutif du Dinamo Zagreb. Il a finalement été blanchi en décembre mais produire un tel niveau de performance dans ces circonstances – et avec un accueil mitigé de la part des supporters croates – n’était pas une évidence. Il n’est pas étonnant que Modric ait commencé 2018-19 comme une ombre de lui-même. « La Coupe du Monde m’a complètement épuisé », a-t-il avoué. Mais il est revenu à son meilleur niveau lors des deux derniers matchs exaltants de la Croatie en Ligue des Nations contre l’Espagne et l’Angleterre.

Etait-il le meilleur joueur en 2018 ? Vaste débat. Comme le Croate l’a évoqué dans son discours après avoir reçu le Ballon d’Or, les prix décernés depuis plus de 10 ans sont peut-être en partie destinés aux artistes qui sont passés à travers les mailles du filet lorsque Messi et Ronaldo étaient à leur apogée. Pourtant, être aussi influent, tout en résistant à la fatigue, à l’âge et aux distractions en dehors du terrain, mérite l’estime et les éloges du monde du football.

La liste complète des 100 meilleurs joueurs de l’année 

 

2 Commentaires

  1. An interesting discussion is worth comment. I think that it’s best to write more on this topic, it might not be a taboo topic but generally people are not enough to speak on such topics. To the next. Cheers

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here