Quand l’Ajax régnait sur le monde et que van Gaal illuminait les 90’s



L’Ajax des années 70, emmenée par Johan Cruyff, a été la plus grande équipe de l’histoire du club néerlandais. Mais au début des années 90, une nouvelle génération dorée a contribué à refaire d’Amsterdam la capitale de l’Europe.

Veille de finale de la Ligue des Champions en mai 1995. Le plus grand jour de la vie de son fils. Mais Lidwina Kluivert a passé une bonne nuit, rêvant que le jeune Patrick entrait en cours de match et inscrivait le but de la victoire. Une prémonition si forte qu’elle s’est sentie obligée de lui en parler le lendemain matin, alors qu’elle lui faisait un câlin et lui souhaitait bonne chance.

Quelques heures plus tard, son rêve est devenu réalité quand l’attaquant de 18 ans est sorti du banc pour mener l’Ajax à la victoire face au Milan AC, devant les 50 000 supporters rassemblés dans les tribunes du stade Ernst Happel de Vienne. Sur le papier, un succès néerlandais semblait pourtant aussi improbable que le rêve de Lidwina. L’Ajax n’affichait en effet qu’une moyenne d’âge de 23 ans. Et treize des dix-huit joueurs inscrits sur la feuille de match, dont Edgar Davids, Clarence Seedorf et Jari Litmanen, sortaient du centre de formation.

En face, les Rossoneri étaient champions d’Europe en titre, un an après avoir terrassé Barcelone lors d’une finale mémorable (4-0). Ils avaient surtout été sacrés à trois reprises en sept ans et avec un seul joueur de moins de 26 ans au sein de l’effectif, l’expérience était le maître-mot d’un groupe composé notamment de Marcel Desailly, Zvonimir Boban et Gianluigi Lentini.

Un football utopique

Mais la surprise fut totale et la Class 95 de l’Ajax s’est installée sur le toit de l’Europe au terme d’une chorégraphie parfaitement orchestrée. Chaque passe, sprint, feinte et tir semblait calculé et était exécuté à une vitesse folle. Un mélange parfait d’élégance et de force physique, parfaitement résumé par Jorge Valdano.

« L’Ajax n’est pas seulement l’équipe des années 90, elle se rapproche d’un football utopique, déclare alors l’entraîneur du Real Madrid (1994-96). Leur concept du jeu est exquis mais ils ont aussi une supériorité physique. » Les golden boys de l’Ajax avaient donc renversé les aristocrates du football et personne ne savait comment ils avaient fait.

3 Commentaires

  1. Attractive element of content. I just stumbled upon your website and in accession capital to say that I get actually enjoyed account your blog posts. Any way I will be subscribing on your feeds or even I achievement you get admission to persistently rapidly.

  2. Thanks on your marvelous posting! I definitely enjoyed reading it, you could be a great
    author. I will always bookmark your blog and may come back in the foreseeable future.
    I want to encourage yourself to continue your great work, have a nice afternoon!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here